• Et oui !!!


    Le real bat haut la main le Barcelone... comme quoi on a beau critiquer mais le Real c'est le Real et sera toujours une équipe de foot pas comme tout le monde.....!!!!!!


    Le FC Barcelone, imbattu cette saison en Liga, a trouvé meilleur que lui : le Real Madrid. Les Madrilènes, guidés par Guti, toujours en grande forme, ont réalisé un excellent match. Les hommes de Fabio Capello sont directement rentrés dans la partie et ont surpris les Barcelonais après deux minutes de jeu seulement. Sur un centre de Sergio Ramos venu de la droite, Raùl reprit de la tête et plaça le cuir hors de portée de Victor Valdés. Quelques minutes plus tard, Valdés fut à nouveau inquiété par le capitaine merengue qui vit alors son envoi s'écraser sur la latte transversale. La seconde mi-temps recommença comme la première : par un but madrilène. Guti, en chef d'orchestre, mena intelligemment une contre-attaque et céda le ballon à Robinho. Le 10 brésilien leva la tête et centra pour Ruud Van Nistlerooy qui ne laissa aucune chance au gardien catalan. Les Madrilènes (ainsi que les Barcelonais) se créèrent encore d'autres occasions mais sans réussite. Le Real Madrid remporte donc un nouveau Clasico et se replace dans la course au titre.




    Fiche technique:

    2 - Real Madrid: Casillas; Sergio Ramos, Cannavaro, Helguera, Roberto Carlos; Raúl, Diarra, Emerson: Guti (Beckham 82') et Van Nistelrooy (Reyes 79').

    0 - FC Barcelone: Valdés; Zambrotta, Thuram, Puyol, Sylvinho; Xavi, Deco (Giuly 54'), Iniesta; Messi, Ronaldinho et Gudjonhnsen (Saviola 64').

    Buts:
    1-0, min 2: Raúl.
    2-0, min 50: Van Nistelrooy.


    Cartons jaunes: Emerson (20'), Zambrotta (53'), Van Nistelrooy (54'), Guti (70'), Ronaldinho (81') et Beckham (85´).
    Cartons rouges: aucun.
    Stade: Santiago Bernabéu, Madrid, Espagne.


    13 commentaires
  • Cela me tue de voir un con pareil faire une campagne électorale basée sur le seul discours qui sera faire clash pour nos petits anciens qu'ont peur de la violence, insécurité ect...



    et il fait quoi le con de la misère, descrimination et chomage. Et des logements insalubres loués à des prix de dingue !



    il me dégoute. en faite ce mec représente pour moi un Le Pen il lui manque plus que d'enlever son masque et derrière on aurait un Le Pen. Il doit être le parrain de Marine ce con




    votre commentaire
  • Déjà la nuit s'achève pour laisser place au matin, et mes paupières chaque soir plus lourdes me détournent du chagrin. La tête emplie de sommeil je veille, repoussant l'instant de déconnecter du temps. La tête chargée de fumée m'a bercé, et ma main à ce pieu est lié, stylet qui de mots me fait transpirer de mes maux.

    Les yeux rougis par ce support de cyber-littérature – cet écran ce clavier devenu Cerbere de mes ratures, les mains tremblotantes je trace ces quelques lignes, car je sais l'instant de devoir m'endormir imminent.

    Demain déjà la journée reprendra son cours, son déroulement connu se fera sans détour, avec pour seule différence au présent jour d'être âgé d'en plus un jour. Tout sera pareil, seules différences la lumière, la moiteur, la chaleur.
    - Que ce poison me quitte ou qu'il dévaste mon cœur.

    votre commentaire

  • Une équipe lilloise a réussi les premières greffes de trachée - un espoir pour certains malades atteints de cancers résistants aux chimiothérapies.


    L'opération, qui dure entre neuf et quatorze heures, consiste à remplacer la quasi-totalité de la trachée par un segment d'aorte


    Une équipe de chirurgiens lillois a annoncé jeudi la réussite des premières greffes de trachée sur des patients atteints de certains types de cancers jusque-là incurables, une première mondiale réalisée en remplaçant l'organe malade par un segment de l'aorte. Cette opération chirurgicale lourde a été réalisée à quatre reprises depuis mars 2005 sur trois hommes et une femme âgés de 20 à 46 ans, a déclaré le Pr Alain Wurtz, chef de l'équipe de chirurgiens thoraciques du centre hospitalier de Lille lors d'une conférence de presse.


    Les personnes victimes de tumeurs de la trachée peuvent faire l'objet d'une ablation d'une partie de l'organe, qui ne peut excéder 50% de la longueur de la trachée, longue d'une dizaine de centimètres. Mais certains cas rares de cancers - qui ne sont pas dus au tabac et qui affectent particulièrement les jeunes adultes - s'étendent tout au long de la trachée. Dans ces cas, les malades ne pouvaient bénéficier que de traitements palliatifs. "Cette technique ne s'adresse qu'à un nombre très faible de patients", prévient donc le Pr Henri Porte, membre de l'équipe.


    Les greffes de trachées devraient rester rares


    L'opération, qui dure entre neuf et quatorze heures, consiste à retirer la quasi-totalité de la trachée et de la remplacer par un segment d'aorte de longueur égale, prélevé sur une personne en état de coma dépassé. Les chirurgiens insèrent ensuite à l'intérieur de l'aorte un tube de silicone pour éviter que l'aorte, qui est molle, ne s'écrase à chaque respiration. Les chirurgiens utilisent enfin le propre muscle pectoral du patient pour entourer la nouvelle trachée, afin de la protéger et de permettre sa vascularisation.


    Au cours des mois qui suivent l'opération, l'aorte "se transforme peu à peu en trachée", explique le Pr Wurtz, notamment en développant des anneaux cartilagineux. "L'aorte est un support qui ne provoque pas de rejet, une sorte de trame sur laquelle viennent se greffer les cellules souches du receveur. Cela permet de générer des néo-tissus", précisé le Pr Charles Marquette. Deux ans après l'opération, le tube de silicone initialement implanté peut ainsi être retiré.


    Les premières expérimentations sur une greffe de trachée, menées aux Etats-Unis, remontent à la fin des années 1950. Le programme de recherche qui a abouti à la première greffe, effectuée à Lille, a été lancé en 1997 par une équipe parisienne. "L'acte opératoire est en soi une gageure et il y a des complications post-opératoires énormes", met toutefois en garde le Pr Wurtz, citant notamment le risque grave de pneumonie. Les greffes de trachées devraient donc rester rares. Aucune nouvelle opération n'est pour l'instant prévue par l'équipe lilloise.


    C'est génial ! enfin d'autres vies seront surement sauvées ....


    votre commentaire